Denis Brogniart, « maladie neurologique », perte de poids, révélation inquiétante !

Denis Brogniart, "maladie neurologique", perte de poids, révélation inquiétante !
© TF1
publicité

 

Interrogé par nos confrères de Brut, Denis Brogniart a fait une révélation inquiétante sur cette « maladie neurologique » et la perte de poids qui en découle. Des problèmes de santé qui risquent d’avoir un impact négatif sur Koh-Lanta…

Avec Denis Brogniart, gros plan sur cette « maladie neurologique », cette perte de poids…révélation inquiétante ! Le présentateur culte de Koh-Lanta vient de se livrer  sur ses ennuis de santé. En effet, le mari de Hortense avoue lors de cette entrevue souffrir d’une maladie qui le handicape très sérieusement dans sa vie quotidienne.

publicité

« Je n’ai absolument pas d’équilibre et ce serait pour moi la pire des épreuves… »

Il y a quelques semaines, Denis Brogniart a fait son grand retour  à l’antenne de la première chaîne pour une nouvelle saison  de Koh-Lanta, baptisée La légende.’Il s’agit en effet de l’édition  All Stars dédiée à la célébration des 20 ans du programme.

Au détour de cet entretien avec la rédaction du magazine Brut, Denis Brogniart de confirmer, contre toute attente, qu’il aurait vraiment du mal à joindre les deux bouts dans une épreuve des poteaux. La raison ? Il souffre d’un petit problème de vertige et d’oreille interne “. Une pathologie qui le condamne à ne pas pratiquer certaines activités physiques. ” Je n’ai absolument pas d’équilibre et ce serait pour moi la pire des épreuves (…), affirmait-il. Donc debout sur un tout petit poteau, pour moi, ce serait véritablement un calvaire “, a-t-il poursuivi.

Dans les colonnes du Figaro, il a a déjà lancé un discours similaire.” Je mesure 1m92 et je fais preuve d’un sens de l’équilibre assez nul “, confessait-il. ” Comme je suis très mauvais en lévitation, je tombe ! Je suis incapable de tenir sur ce carré “, ajoutait encore la star de  District Z.

 « J’ai une technique pour éviter de voir les auréoles sous les chemises »

Bref, les températures trop élevées de la Polynésie française, ne vont pas en outre jouer en sa faveur. Mais il a déjà adopté sa propre méthode de survie face à toutes sortes de gâteries de la nature. « J’ai une technique pour éviter de voir les auréoles sous les chemises quand il fait 45 degrés. Pour la petite histoire, au départ c’étaient des serviettes hygiéniques que l’on collait et puis on a progressé, on a mis des patchs anti-transpiration ».

publicité

 

 

publicité